Je m'accepte

Cette erreur que je ne ferai plus

savoir définir ses limites ; développement personnel ; dépression ; psy ; thérapeute ; dire non aux autres ; besoins ; écouter ses besoins ; bienveillance ; self-love

Depuis que je fais plus attention à mon bien-être, à être gentille envers moi-même, je fais aussi attention aux personnes qui m’entourent. On serait étonné du nombre de personnes négatives qui gravitent autour de nous et des choses qu’elles peuvent nous faire à notre insu.

« Y’en a marre de toujours faire plaisir aux autres. »

C’est ce qui est enfin sorti de moi lundi passé chez le thérapeute après analyse des actions et des choix que j’ai pu faire au cours de ma vie. Je fais toujours au mieux pour les autres, ne pas les blesser, être honnête avec eux, ne pas les mettre dans l’embarras ou en colère, être gentille, tolérante… Je fais ça depuis toujours, je suis comme ça. Même si je sentais que cela ne me faisait pas du bien personnellement, je me sentais comme prisionnière de ce schéma. Prisionnière de cette image de gentille fille que l’on peut pousser, plier dans tous les sens et qui ne se rebellera pas.

Aujourd’hui, je sens monter en moi une grosse colère liée à ces situations injustes que j’accepte ou que j’ai accepté. Je ne suis pas moins en colère contre les personnes qui amènent ces situations que contre moi-même: je n’ai pas su mettre des limites.

Je souhaite dès à présent d’avoir la capacité à définir mes propres limites, savoir dire « non » aux autres pour me dire « oui » à moi-même. Je ne veux plus à avoir à me plier en quatre pour les autres quand je n’ai déjà pas de temps pour moi-même. Je ne veux plus renier mes opinions pour me montrer « ouverte d’esprit«  quand je sais que les arguments adverses sont juste abjectes. Je ne veux plus hocher la tête quand on veut m’apprendre la vie alors que je sais ce que je fais. Je ne veux plus fermer les yeux et les oreilles aux critiques rabaissantes couvertes sous l’humour car ça passe mieux.

Je dis stop et je mets des limites.

Et vous? Avez-vous réussi à définir les vôtres?

Je m'accepte

Because no matter where you run, you just end up running into yourself.

J’aurais pu dire les mots de Marina tant son histoire fait écho à la mienne. Alors je partage cette belle vidéo pleine d’amour de soi en cette St Valentin. On a tendance à se sentir délaisser le 14 février quand on est seul alors que l’on a tant à s’offrir à soi-même avant tout.

Aimez-vous fort car vous êtes votre premier amour ❤

Je m'accepte

Pourquoi je fais la morte depuis un mois

Il est temps que je vous parle entre quatre yeux. Je vous dois quelques explications. J’ai longtemps hésité: devais-je vous rendre des comptes? Je fais ce que je veux après tout, c’est mon blog. Mais je pense qu’un peu de franchise envers moi-même quand j’écris ne me ferait pas de mal.

La rançon du succès

Mon blog a vraiment pris une belle envolée depuis un an. Je sais bien que je ne suis pas LA blogueuse de l’année, mais il faut avouer qu’être lue par plusieurs centaines de gens, ça fait plaisir. Au départ, j’écrivais pour moi mais je me suis bien rendu compte que, pour être lu, il y a des petites règles à respecter. J’ai donc voulu jouer à ce petit jeu, pour vous plaire. J’ai refait plusieurs fois le thème du blog, j’ai repris plusieurs articles un par un, changez les photos d’en-tête, mis des titres plus accrocheurs pour attiser votre curiosité, organisé ma pensée par paragraphes… bref, je me suis vraiment pris au jeu de blogueuse. Je dois avouer que cela me lasse. Pas le fait de trouver une jolie photo ou un titre sympa, mais le fait d’écrire pour vous plaire. Je ne me demande plus « Que veux-tu écrire? » mais plutôt « Qu’est-ce que je peux écrire? », « Qu’est-ce qui rentrerait dans le thème du blog? », « Comment faire voyager les gens? ».  J’ai la sensation que je m’auto-censure et n’ose pas dire certaines choses et la désagréable impression de ne devenir qu’un blog voyage de plus, comme il y en a des milliers d’autres sur la toile… et je n’ai pas envie de cela.

Le truc qui me l’a fait réaliser est mon dernier voyage en Allemagne qui ne s’est pas passé comme prévu. Je vous avouerai sincèrement que je n’ai pas su quoi faire: inventer une excuse qui « passerait » pour rester neutre mais ne pas être honnête? Ou avouer mes faiblesses, mes envies et montrer l’image d’une fille qui a raté un beau projet? Dans le fond, qu’avais-je envie de vous dire? A vrai dire, je ne sais pas…

Une envie d’évoluer

Je pense que j’aimerais te parler de pleins de choses: pourquoi c’est important et dur de demander pardon; pourquoi je pense que rabaisser quelqu’un sous couvert de l’humour n’est pas sain;  comment faire du yoga quand on n’y connaît rien; comment parler de la langue des signes; pourquoi j’adore la méthode montessori ; comment on récupère l’eau à la maison ; les tenues que je mets tous les jours car je n’achète rien de neuf ;  te parler de la CNV; comment ne pas se faire avoir en service civique... Rien à voir avec le thème de départ du blog. Du coup, je ne me sens pas légitime d’en parler.

Je ne me suis jamais sentie légitime de parler de mon expérience de manière générale. Une discussion au PicNic Zéro déchet de Roubaix a commencé à m’ouvrir les yeux: je suis légitime de parler de quelque chose dès lors que je l’ai expérimenté et que je suis ouvert aux expériences différentes des autres. (Merci Laëtitia <3).  Du coup Travelling Petit Pain a  de plus en plus envie d’évoluer et de partager un peu plus et de manière authentique ses expériences de vie et ce qui l’intéresse en dehors des voyages. J’hésite à continuer mon racontage de vie ici ou le faire ailleurs, de manière anonyme et plus sincère (sur une plateforme qui ne me limite pas en termes d’espace). 

Voilà ce qui se passe dans ma tête depuis juillet. Je vous souhaite une belle rentrée à tous. 🙂

Je m'accepte

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif

You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif

Bon, tu commences à en savoir pas mal sur moi et ma façon de penser. Je t’ai parlé des règles, de mon poids, de mes poils… bref, si tu n’es pas encore parti en courant, j’aimerais en remettre une couche.

En ce moment, on parle pas mal du mouvement « no bra » ou « sans soutif ». Et tu sais que moi, j’adore essayer les trucs qui sortent de l’ordinaire…. Allez zou, je te raconte mon cheminement et mes réflexions sur ce mode de vie « libéré, délivré ».

Lire la suite « You, Me And No Bra: la vérité sur ma vie sans soutif »

Je m'accepte

Je suis une fille et je suis poilue

fille poilue ; poil ; hairy ; jambes poilues ; se teindre ses poils ; assumer ses poils ; enfant poiluJe vous ai parlé des règles, je vous ai parlé de mon gras, je vous ai parlé de la transpiration…on continue donc dans le bon goût et je vais te parler maintenant de poils!

Je ne suis pas pro-épilation ou pro-poilue. Je fais juste part de mon petit cheminement vis à vis du rapport femme/poils. Tu trouveras peut-être que je dis des imbécillités, mais ce seront mes imbécillités… Et j’aimerais les partager…

Lire la suite « Je suis une fille et je suis poilue »

Je m'accepte

Ce que j’aimerais dire aux hommes à propos de mes règles.

 

Il n’y a pas longtemps, je suis allée dormir chez un pote alors que j’avais « ma période rouge » comme je l’appelle. Son premier réflexe n’a pas été de me demander si je souhaitais un ibuprofène et une bouillotte mais de m’avertir de ne pas « en mettre partout » sur le ton de la plaisanterie mêlée à la peur phobique de voir du sang s’écouler de mon frifri.

Je n’ai pas su quoi répondre sur le coup. Je pense que j’étais gênée alors que sincèrement, je n’aurais pas dû. Il n’y a rien de honteux à être réglée… On en fait tout un cinéma et un sujet tabou alors qu’on est 50% à subir ça. J’ai rassemblé mes pensées ici et maintenant je saurai quoi répondre à un mec la prochaine fois qu’il a ce petit regard de dégoût quand j’annonce que je suis réglée…

 

Ce que j'aimerais dire aux hommes à propos de mes règles.
source

 

Lire la suite « Ce que j’aimerais dire aux hommes à propos de mes règles. »

Je m'accepte

Je suis grosse

Aujourd’hui, c’est l’instant « Père Castor »: je vais vous raconter une petite histoire. Je vais vous parler de mon bide, de mon gras, de mon poids. ça fait rêver? Non mais ne part pas! Il y a une raison derrière cette démarche ! (Promis tu ne verras pas mon bedon!)

Pendant très longtemps (et encore maintenant), je reçois des remarques gratuites sur mon poids et ma silhouette. J’ai pendant longtemps été qualifié de « grosse » ou grassouillette, ou rondouillarde ou comme ayant « un peu de poids à perdre » (expressions que les gens utilisent car ça paraît plus poli que de dire carrément « arrête le chocolat » mais qui revient au même).

ça va peut-être surprendre les personnes qui me connaissent IRL, mais mon poids a été et est encore aujourd’hui un complexe. Un peu moins maintenant et je vais t’en expliquer les raisons et te dire aussi pourquoi il faut dire merde aux critiques.

body postive ; body shaming ; être grosse ; être en surpoids ;fille qui assume ses rondeurs ; féminisme ; féministe

On revient sur mon parcours de  »Grosse vache ». Meuuuh!

Lire la suite « Je suis grosse »