Expatriation·Je travaille

La vie professionnelle dans mon pays d’adoption – Histoires Expatriées

histoire expatriées ; vie en Angleterre ; vivre en Angleterre ; expatriation ; sortir avec un étranger ; sortir avec un anglais ; professeur en angleterre ; points positifs ; points négatifs

#HistoireExpatriée est un rendez-vous mensuel créé par une Lucie, expat en Italie. Chaque 15 du mois, des expats prennent leur plume pour écrire sur un thème commun. J’ai découvert ce rendez-vous virtuel grâce à Ophélie du blog Evil from paradize. Ce mois-ci, elles écrivent sur « La vie professionnelle dans mon pays d’adoption». Je joins ma plume aux leurs pour cette occasion.

Image result for gif job

Le monde du travail n’est pas vraiment un sujet nouveau sur ce blog. Ayant enseigné pendant plusieurs années, j’ai pu décrire mon quotidien de professeur de langues, mon burn out liées aux conditions de travail ainsi que le témoignage d’une amie qui a pu enseigner en France et en Angleterre.

Si le métier de prof a tenu une grande place dans mon expatriation, je n’ai pas fait que ça: j’ai été vendeuse dans plusieurs magasins, j’ai été traductrice/prof free-lance et je suis actuellement aide animalière en refuge pour chats abandonnés. Un bon background qui me permet de dresser un portrait assez fidèle du monde du travail anglais qui est, je dois l’avouer, l’une des grandes raisons de mon non-retour en France.

Je pense que les raisons du succès du marché de l’emploi anglais tiennent en trois ingrédients:

L’expérience plutôt que les diplômes

Contrairement en France, ici, les employeurs ne s’arrêtent pas à vos qualifications. Une bonne dose de motivations et quelques expériences, même en tant que bénévole, suffisent largement pour prétendre à un poste. J’avais déjà pu en parler lors d’un article précédent mais j’ai pu réitérer l’expérience lorsque j’ai travaillé chez Lush: Pour un poste de vendeuse à mi-temps, les anglais demandent juste d’être un Lush addict quand les français demandent minimum un BTS vente et deux ans d’expérience…

Related image

Des CDI plus fréquents

Il est beaucoup plus facile d’obtenir un CDI en Angleterre là où en France, on parle limite du saint Graal tant il est maintenant rare d’en décrocher un. Cependant, on peut être plus facilement licencié (pendant les 2 premières années, vous pouvez être licencié sans indemnités et sans justification). Je trouve cela plutôt avantageux: je n’ai jamais eu peur de quiter un emploi qui ne me convenait pas car je savais que j’en retrouverai un facilement.

Image result for gif job

Une facilité à lancer sa propre affaire

Quant aux auto-entrepreneur, statut que j’ai eu pendant deux ans, lancé son affaire est vraiment facile et peu coûteux. On paie ses impôts selon ses recettes donc si pas de bénéfices, pas de taxes à payer! De quoi se donner envie de lancer son propre buisiness. Il y a d’autres petits détails selon les professions: par exemple, une amie pâtissière m’a expliqué qu’en France, il fallait à tout pris avoir un local à part pour cuisiner. On ne peut pas faire des gâteaux dans sa cuisine puis les vendre. En Angleterre, c’est possible et du coup ça allège les frais quand on débute.

Related image

 

Le modèle anglais est loin d’être parfait (peu de soutien de la part des syndicats en cas de problème avec l’employeur, niveau de vie très élevé par rapport au salaire, pas/peu d’aide de l’état…) mais il me convient parfaitement et m’a permi de pouvoir tester plusieurs emplois avant de trouver ma voie.

 

 

 

Sytème D

Mariage anglais zéro déchet- invitations, déco & robe !

EPSON MFP image

Cela fait plus d’un mois que j’ai publié le premier article sur la préparation de mon mariage zéro déchet et je peux dire qu’il y a eu pas mal d’avancement depuis.

Mon hubby to be m’a bien aidé pour créer le site internet du mariage et les invitations. On a tout fait de A à Z. Il reste quelques trucs à peaufiner mais je pense que tout sera prêt pour être envoyé aux invités courant juillet. Nous avons choisi d’envoyer les invitations de manière électronique pour ne pas utiliser de papier de manière inutile (soyons honnête, qui garde les invitations de mariage?) . Nous n’imprimerons les invitations que pour nos parents qui, je pense, les garderont en souvenir. ça sera soit du papier recyclé ou du papier à planter.

35226014_2058821241002904_1750919769848020992_n

Pour la décoration de la salle, on a quasiement tout. On a fait quelques essais pour voir comment cela va rendre sur les tables et nous sommes très contents du résultat. C’est fou de se dire qu’on a tout eu grâce au troc! Encore merci à maman qui a géré cela comme une pro.

Je galère à trouver le reste de ma dentelle pour la robe. J’ai trouvé un motif similaire mais pas la même couleur du tout. J’hésite du coup à franchir le pas et à l’acheter, de peur que cela fasse bête. Je garde espoir de trouver une solution qui me convienne, j’ai encore le temps!

Sinon mon amie Sarah m’a rappelé un point non negligeable: il faudrait peut être que je me penche sur la question du photographe et ma coiffeuse/maquilleuse (qui sera vegan, bien entendu, pas de produits cracra sur moi le jour de mon mariage!). 

Sarah m’a conseillée Toni, une maquilleuse vegan qui fera ma coiffure, mon maquillage, celui de deux invités et celui de mon cher et tendre (pas de maquillage extravagant pour lui, hein! Juste effacer ses poches sous les yeux).

 

To do List:

  • Finir le site et les invitations et les envoyer
  • Rencontrer le restaurateur pour le buffet
  • Faire le tasting pour le gâteau
  • Booker un rdv à la mairie pour publier les bans
  • Trouver le reste de la dentelle pour ma robe
  • Trouver un photographe
  • Faire des essais pour les fleurs en papier/tissus